mecque mecque
MENU
  Les 5 Piliers
  La Foi
  Le Coran
  Ryad Salihin
  Les Hadiths

L'Au-delà

  La Mort
  La Tombe
  La Fin du monde
  Le Jugement
  Le Paradis
  L'Enfer

Personnalités

  Muhammed
  Les Compagnons
  Femmes Pieuses
  Les Califes
  Les Prophètes

A apprendre

  Versets méritoires
  Dou'a phonétique
  99 Noms d'Allah
  40 Rabanas
  La Langue Arabe

Questions sur l'islam ?

  Qestions ?
  Contradictions ?
  Citations Célèbres

Inter-religieux

  Les Gens du Livre
  Les Chiites

 

Qays ibn Saad

 

Qays b. Saâd était encore très jeune et les Ansar disaient de lui : « Si nous pouvions nous procurer une barbe pour Qays, nous l'acheterions même au prix fort! » Ils disaient cela parce qu'ils le jugeaient pétri de qualités exceptionnelles et ils le considéraient comme un de leurs dirigeants, malgré son jeune âge. Ce jeune homme encore imberbe, que les siens l'élevaient au plus haut rang, est le fils de Saâd b. Oubada.

Il appartenait à une maison très réputée pour sa générosité, si bien que le Messager avait dit d'elle : « La générosité est la qualité innée des gens de cette maison. » En outre, il était doué d'une très grande ruse et d'une très grande intelligence. Après sa conversion, il avait dit : « Si ce n'était l'Islam, je manigancerais un stratagème dont les Arabes seront incapables. »

Lors de la bataille de Siffin, il était aux côtés de Ali et il avait dit : « Par Dieu, si Mouâwiya arrive à nous battre, il ne nous aura pas battu avec son intelligence mais grâce à notre piété et notre crainte de Dieu! » Il avait dit ce propos après avoir demandé pardon à Dieu, suite à sa reflexion sur un stratagème capable d'éradiquer à jamais Mouawiya et son armée : il s'était rappelé le verset coranique : La manoeuvre perfide n´enveloppe que ses propres auteurs. (Coran 35.43)

* * *

Quand Saâd b. Oubada devint musulman, il emmena son fils Qays au Messager , à qui il dit : « Voici ton serviteur, ô Messager de Dieu. » Le Messager rapporcha Qays de lui, depuis ce jour-là, si bien qu'il devint son compagnon de tous les jours. A ce propos, Anas b. Malik dira : « Vis-à-vis du Prophète , Qays b. Saâd occupait une place semblable à celle que le chef de police occupe près de l'émir. »

En outre, Qays était un digne héritier de la générosité de sa famille. Cette dernière était effectivement réputée pour cette qualité, si bien qu'elle avait mérité ce témoignage : « Qui veut manger la viande, qu'il se dirige vers la maison de Doulaym b. Haritha. » Doulaym est l'arrière grand-père de Qays. La générosité de Qays ne laissait pas les gens indifférents. Une fois, Abou Bakr et Omar discutèrent du sujet et dirent : « Si on laisse ce jeune à sa générosité, il anéantira les biens de son père. » Une autre fois, Qays ayant donné un prêt à quelqu'un qui en avait besoin, ce dernier revint à la date convenue pour le lui remettre. Alors, Qays lui dit : « Nous ne reprenons pas une chose que nous avons donnée. »

* * *

Par ailleurs, il était un homme courageux en tous les lieux, avec le Messager et aussi après la disparition du Messager . Quand le conflit éclata entre Ali et Mouâwiya, il se rangea, sans aucune hésitation et avec conviction, au côté de Ali, parce qu'il voyait clairement que ce dernier était dans son droit. Aussi, dans les batailles de Siffin, du Chameau, de Nahrawan, il était le porte-étendard des Ansar. En outre, avant que ce conflit n'éclatât, le Calife Ali le nomma gouverneur d'Egypte puis le rappela auprès lui, suite aux machinations de Mouâwiya. Cela ne l'affecta nullement, au contraire, il confirma encore plus son allégeance à Ali.

* * *

Le courage de Qays fut plus éclatant après l'assassinat de Ali et l'allégeance prêtée à al-Hasan. Convaincu que le Khalifat revenait de droit à al-Hasan, il lui prêta allégeance et le soutint, sans attacher de l'importance aux dangers. Puis, quand Mouâwiya les poussa à prendre les armes, Qays mobilisa 5000 combattants qui s'étaient rasé les cheveux en signe de deuil à la mort de Ali. Mais, al-Hasan jugea que le sang des musulmans avait trop coulé et alla prêter allégeance à Mouawiya.

Alors, Qays obéit au choix d'al-Hasan et cessa son mouvement, parce qu'il était toujours respectueux du droit et de la légalité. Et, en l'an 59, il s'éteignit à Médine. Il était mort, l'homme qui disait : « Sûr que je serai le plus fourbe de cette communauté, si je n'avais pas entendu le Messager dire : « La fourberie et la déloyauté iront au Feu. »


Images

  Masjed du monde
  Fonds d'ecran
  Images Gifs
  Mecque - Médine
  Miracles

Audios

  Récitateurs coran
  Invocations - Adhan
  Annashid

Vidéos
  Films & Doc.
  Série Omar
  Dessin Animé

Shopping

Bibliothèque

Applications

  Votre Qibla
  Panorama 360°
  Logiciels
  Quizz Islam

Contact


Islammedia 2011